Le Blog, Loup textes

Et si le loup revenait en Roussillon ?

15 août 2012

Le XXe siècle a été défavorable au loup, mais la décennie 2020 pourrait être celle d’un certain retour dans les massifs catalans. Localisé depuis 1999 dans la région du Conflent, le « Canis lupus italicus » est prévu pour 2020 dans le massif des Albères. Cette prospective est issue des travaux de l’Université Autonome de Barcelone, qui annoncent, à cette échéance, une colonisation du canidé jusque dans la région de l’Alt Empordà.

La présence du loup en Pays Catalan, attestée par le « Réseau Loup » de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage dans le massif du Carlit l’hiver 2007-2008, reste symbolique. Ce secteur constitue cependant la 25e Zone de Présence Permanente (ZPP) française, selon le critère d’une détection effectuée deux hivers consécutifs au minimum. L’implantation d’une meute de race italicus dans les Pyrénées-Orientales est donc confirmée, après un premier indice signalé en 1999 par l’Office National de la Chasse (ONC) de Prades. Un spécimen avait alors été identifié dans la réserve naturelle de Nohèdes, puis, en 2005, deux attaques de loups sur des brebis s’étaient produites dans les Massifs du Carlit et du Péric, tandis qu’une présence se confirmait dans le Madres, en proche Languedoc. Depuis, un arrêté publié le 10 mai 2012 par le Journal Officiel, concernant les Pyrénées-Orientales parmi 12 départements français, fixe des « modalités d’intervention sur le loup », c’est à dire d’abattage partiel. Selon l’association Ferus, engagée dans la défense du loup en France, le Pays Catalan est ainsi « en cours de colonisation », mais « la présence de l’espèce est sporadique ». Toutefois, dans cette nouvelle étape suivant un XXe siècle caractérisé par son absence, aucune mortalité de loup, intentionnelle, n’est signalée dans les Pyrénées nord-catalanes.

Les Albères, prochaine étape de la colonisation du loup

En juin 2012, une carte fondée sur les recherches de l’Université Autonome de Barcelone a révélé une implantation du loup étendue, avec une conséquence directe pour la Catalogne du Nord. En effet, outre la région du Ripollès, mitoyenne du Conflent et du Vallespir, le secteur Sud du massif des Albères est également pressenti. Sur l’exemple des vaches autochtones, présentes dans ce massif avant la création de la frontière France-Espagne en 1659, les canidés devraient franchir facilement une ligne particulièrement imaginaire pour les animaux, malgré leur méfiance des humains. Ce loup provient d’Italie, après un passage en France, dans les massifs des Pyrénées-Orientales, du Ripollès, de la Basse Cerdagne et de l’Alt Urgell. Selon le naturaliste Josep Maria Massip, reconnu comme spécialiste de l’évolution du loup en Catalogne, du Moyen-Âge à nos jours, ce loup italo-français, dénommé « Canis lupus italicus« , manifeste chaque année « 7 % de progression sur le territoire ». Cette proportion situe sa présence dans les Albères autour de 2020. Par continuité, sa présence en Roussillon, et non plus seulement dans les zones de haute montagne en Conflent ou en Cerdagne, constituerait un évènement remarquable depuis le XIXe siècle.

Source : La Clau


Voilà une bonne nouvelle pour la biodiversité !

association Le Klan du Loup

Vous aimerez peut-être.

Aucun commentaire.

Laisser une réponse.