Le Blog, Non à la chasse !

C’est beau la chasse…

12 février 2014

Le procès dans le dossier du viol intrafamilial à Rochefort (Belgique) s’est terminé ce mardi avec le prononcé des peines. Les six personnes poursuivies pour des viols et attentats à la pudeur commis sur une jeune fille durant plus de dix ans ont toutes été condamnées avec des peines plus ou moins lourdes.

Le procès des membres de la famille et de connaissance de la traqueuse de Rochefort qui avait été violée à plusieurs reprises lors de parties de chasse s’est achevé ce mardi avec le prononcé des peines. Les six personnes poursuivies ont été condamnées. Le père de la jeune fille a été condamné à 9 ans de prison ferme, la mère à 6 ans de prison ferme, le parrain à 8 ans de prison ferme et un ami chasseur à 7 ans de prison ferme. Seuls les deux frères de la victime, Marc et Guy, ont été condamnés avec sursis. Ils ont écopé respectivement de 4 et 2 ans de prison avec sursis.

La jeune fille avait tout révélé le 11 janvier 2012

Le 11 janvier 2012, la victime présumée a dénoncé aux forces de l’ordre les faits qu’elle aurait subis de la part de son père, ses deux frères et l’ami de la famille. « Trois PV d’audition ont été rédigés, modifiés pendant l’audition et faxés au juge d’instruction qui n’était pas encore saisi pour ces nouveaux faits. D’autres problèmes apparaissent également, ces PV ne sont pas conformes », avait soutenu l’avocat de la mère de la victime, Me Rodeyns.

« La jeune fille a été victime de prédateurs sexuels lors des parties de chasse, sa famille étant une proie facile »

Les avocats de la défense avaient également mis en avant le fait que divers devoirs complémentaires qui auraient pu permettre d’amener des éléments de culpabilité, comme un test ADN ou le fait que la victime ait parlé de davantage de chasseurs dans ses auditions, leur ont à chaque fois été refusés. « La jeune fille a été victime de prédateurs sexuels lors des parties de chasse, sa famille étant une proie facile. La victime a parlé de neuf chasseurs et on n’en trouve que deux sur le banc des prévenus », avait souligné l’avocat du père de la victime.

Le tribunal a suivi l’avis du parquet

Les avocats de la défense avaient également déploré une violation du secret professionnel de la part de l’assistante sociale qui a accompagné la victime lors de la première dénonciation des faits. À titre subsidiaire, le père, la mère, l’un des frères de la victime et l’ami de la famille avaient plaidé l’acquittement. Le parrain et le second frère avaient demandé les sursis les plus larges. Le parquet de Dinant lui avait requis des peines allant de 2 à 9 ans de prison. Il semblerait donc que ce soit cet avis que le tribunal ait décidé de suivre. Les avocats de la défense ont jugé ces peines très lourdes.

Source : RTL


Pour rappel, ce sont aux chasseurs à qui l’Etat demande de chasser les loups…

association Le KLan du Loup

Vous aimerez peut-être.

Aucun commentaire.

Laisser une réponse.