Le Blog, Loup textes, Non classé

Des exploitants agricoles contre nature

1 décembre 2014

Les éleveurs chasseurs, ennemis de la Nature, délirent haineusement contre les loups en s’épanchant dans les gazettes officielles, auprès de journalistes bien peu critiques, prompts à découvrir du « bon sauvage bucolique » en présence d’un représentant du rural profond.

C’est que l’éleveur attendrit le petit copiste sur ses brebis dévorées par le grand méchant loup que son grand-père extermina, jadis, loup revenu dans les « valises » des « écologistes de salon et des technocrates de BRUXELLES ».

La bêtise et l’imposture noircissent aisément du papier.

Non, l’éleveur de moutons n’est pas un doux berger caressant amoureusement ses brebis, animaux de compagnie. Il vend son bétail à l’abattoir, y compris, aux égorgeurs rituels.
Il n’aime pas le loup pour des raisons culturelles, comme il n’aime pas l’ours, le lynx, le vautour, la marmotte et même le bouquetin porteur de brucellose.
Il n’aime pas la Nature, mais uniquement son pâturage, rêvant de faire de la montagne un parc à moutons.
Il ne vivrait pas sans la subvention des technocrates dont il préfère l’argent aux édictions de normes protectrices de la biodiversité.

Son collègue de la plaine, maïssiculteur ou tenancier de goulags à cochons ou à poulets n’aime pas le ragondin, le cormoran, le sanglier, le renard, le blaireau, l’étourneau, les corvidés.

Lorsqu’il manifeste, l’exploitant agricole massacre allègrement des animaux qui, pour lui, ne sont pas encore des êtres sensibles.

Les exactions et actes de cruauté envers des animaux émaillent ainsi, ces jours-ci, les rassemblements d’agriculteurs en colère qui, à la différence des écologistes, des étudiants, des salariés, peuvent casser, déverser du fumier, renverser des cars de CRS, voire brûler, comme à MORLAY, des édifices publics, en toute impunité.
Ces hommes contre nature offrent l’image sinistre d’une fraction rétrograde de notre société.
Ils n’aiment pas la Vie, la nature libre, les espèces sauvages, mais, en revanche, s’abreuvent aux pesticides et parfois aux OGM, pourvu que cela rapporte.

Mais, il n’est pas convenable de l’énoncer clairement et vous êtes sommés de feindre de ne pas comprendre pour ne pas déranger le conformisme béat.
Langues de plomb, de bois et de coton sévissent en politique.

Du barrage de SIVENS à l’assèchement du marais poitevin, de l’artificialisation de la moyenne montagne aux pollutions des rivières bretonnes, vous trouverez l’exploitant agricole, de surcroît chasseur.

Non pas le producteur bio, celui de la petite polyculture vivrière, mais l’industriel de la viande et de la céréale, fidèle électeur du parti conservateur et qui, le dimanche venu parachève sa « maîtrise de la nature » en traquant le cochonglier avec son 4×4.

Il y a toujours une bien mauvaise raison de tuer.
Les petits carnivores préemptent la poule et la perdrix.
Le ragondin propage la leptospirose, maladie bactérienne qu’une simple antibiothérapie guérit aisément et qui est très marginale.
Le renard propage l’échinococcose, maladie parasitaire grave, mais extrêmement rare et aisément évitable par quelques mesures d’hygiènes.
Le blaireau donnerait, selon les billevesées reprises par les préfets, la tuberculose aux bovins, victimes en fait non pas de ce qui persiste de faune sauvage mais de l’élevage intensif.
Et hier, le renard véhiculait la rage qui malheureusement, pour notre addictif aux tueries, le prive d’un prétexte en ayant disparu grâce à la vaccination des animaux.

Un fossé culturel nous oppose à ces hommes, fossé plein de sang.

Nous voulons, contre les exploitants agricoles chasseurs, une nature vivante, avec des loups, des petits carnivores sauvages, des oiseaux, des rivières libres de barrage, des parcs nationaux qui ne soient pas des parcs à moutons subventionnés.

L’approche FNSEA de la nature est devenue minoritaire dans la société mais fait encore la loi dans l’Etat comme le prouvent les arrêtés administratifs illégaux autorisant les tirs de loups et l’impunité dont jouissent les casseurs lorsqu’ils se réclament d’une certaine ruralité.

Qu’émerge une autre paysannerie, moins réactionnaire, plus ouverte à l’écologie, plus soucieuse de prévenir cette catastrophe inédite dans l’Histoire qu’est la mort de la Nature.
Encore minoritaire, dans le rural profond, cette approche éclairée des défis du temps mérite notre encouragement.

La CONFEDERATION PAYSANNE (les agriculteurs dits de gauche) pouvait relever ce défi sociologique.
Ses errements contre les grands prédateurs la discrédite.

Il est burlesque d’apprendre que certains milieux agricoles découvrent que selon une étude de génétique les loups Italiens, Espagnols et désormais Français posséderaient 5% de caryotype de chien.
Et l’ennemi de la nature se réjouit déjà : « si le loup n’est plus le loup mais un hybride, il cesse d’être protégé par la convention de BERNE et par la directive 92 43 et il peut être éliminé ».
Dire qu’il s’agit-là d’un raisonnement de mouton serait injurieux pour cet animal.
En effet, d’une part, si le loup n’existe pas et n’est qu’un hybride non répertorié au titre de la faune protégée, ses prédations sur les troupeaux, ne seront plus indemnisées, d’autre part, il n’y a pas de génotype pur et il est parfaitement normal que les canidés se soient hybridés depuis la nuit des temps.

Chiens et loups ont un ancêtre commun, tout simplement.
Ne retrouve-t-on pas, dans l’espèce humaine des gènes attribués à NEANDERTAL ?

Les ennemis de la nature découvriraient-ils enfin l’unité profonde du vivant, cette unité qui disqualifie le racisme et le spécisme et fonde le biocentrisme ?

Gérard CHAROLLOIS

CONVENTION VIE ET NATURE
MOUVEMENT D’ECOLOGIE ETHIQUE ET RADICALE
POUR LE RESPECT DES ÊTRES VIVANTS ET DES EQUILIBRES NATURELS


Gérard Charollois, Président de la CVN, nous gratifie, de nouveau, d’un très bon éditorial.

L’association Le Klan du Loup le diffuse avec plaisir, d’autant plus que nous en partageons les idées.

exploitants-agricoles-contre-nature

Vous aimerez peut-être.

Aucun commentaire.

Laisser une réponse.