Le Blog, Loup textes

Haine du Loup Sans Frontière

4 juin 2014

Mauvaise nouvelle pour les défenseurs des loups et des lynx en Suisse. L’Office fédéral de l’Environnement (OFEV) met en consultation jusqu’au 5 septembre la révision de ses plans pour les deux prédateurs. Le projet prévoit, notamment dans le cadre du Plan Loup, de tirer plus facilement cet animal si les critères sont remplis.

En effet, l’OFEV, qui met en œuvre une motion déposée en 2011 par le parlementaire Hansjörg Hassler (PBD/GR), propose de tirer plus rapidement un loup isolé qui cause des dégâts dans un troupeau sur les pâturages protégés. Il suffira que le carnivore ait lancé 3 attaques impliquant 10 moutons pour qu’il puisse être abattu. Sinon, les critères actuels qui permettent de le tuer s’il a attaqué 35 moutons durant 4 mois suivis, ou 25 moutons en un mois, demeurent inchangés.

Mauvaise nouvelle attendue

C’est une mauvaise nouvelle pour le WWF, qui se bat depuis longtemps pour la présence du loup en Suisse, mais pas une surprise. «On sait que plusieurs politiciens ont fait du loup leur cheval de bataille ou leur bouc émissaire», souligne Pierrette Rey, porte-parole de l’organisation en Suisse.

Mais le WWF, qui donnera son avis durant la procédure de consultation, souhaite ramener le débat sur le plan scientifique. «Nous n’avons rien contre le fait de mieux réguler la population des loups en Suisse. Mais avant de parler de les abattre, nous aimerions qu’une vraie population de ces carnivores puisse s’installer chez nous», explique la porte-parole.

D’abord se coordonner avec les voisins

Pourtant l’OFEV, dans son message, note que le nombre de loups en Suisse a augmenté de manière régulière – il y en a 25 à 30 actuellement sur notre territoire – et qu’une meute vit désormais depuis 2012 à Calanda, dans les Grisons. Un argument que balaie Pierrette Rey: «Nous n’avons pas encore le recul nécessaire pour juger s’il faut abattre cet animal. De plus nous pensons qu’il faut d’abord se coordonner avec nos voisins italiens et français pour réguler les loups au niveau de tout l’arc alpin, pas seulement en Suisse. »

Quant aux lynx, qui seraient 160 en Suisse dont une bonne partie dans le Jura et les alpes occidentales, le Plan Lynx de l’OFEV vise à mieux le réguler, pour autant que les effectifs soient assurés par une reproduction régulière et qu’un vrai suivi soit en place.

Prudence face au lynx

Mais là aussi, le WWF se montre prudent. «Nous devons d’abord étudier exactement ce que veut faire l’OFEV. Mais là aussi, nous aimerions attendre un peu plus avant de permettre de l’abattre», souligne Pierrette Rey. Selon elle, certains chasseurs estiment que le lynx cause beaucoup trop de dégâts sur la faune locale, souvent à tort, estime la porte-parole. «En outre, nous aimerions que l’on puisse délocaliser un animal à problème plutôt que l’abattre, afin d’obtenir un meilleur brassage génétique de ce carnivore et donc assurer ainsi leur santé à long terme. »

Une chose est sûre: le WWF va plaider pour une meilleure protection des troupeaux face aux grands prédateurs. Il faut vraiment que les moyens financiers destinés à cet effet ne soient pas diminués, conclut Pierrette Rey.

Source : Newsnet


La haine du Loup et de la biodiversité est sans frontière ; tout comme la démagogie des politicards et des néo ruraux…

association Le Klan du Loup 

Vous aimerez peut-être.

Aucun commentaire.

Laisser une réponse.