Le Blog, Loup textes

Hulot est En Marche vers la solution finale du loup

14 décembre 2017

Comme prévu, Nicolas Hulot s’est bien mis En Marche vers la solution finale du Loup en France !

Alors que les associations qui font Cap avec le gouvernement Macron trouvent « quelques avancées » au projet Plan Loup 2018-2023, ce dernier va sceller irrémédiablement le sort de Canis lupus italicus en France.
Il est vrai que celles qui collaborent avec Nicolas le Petit nous expliquaient, il y a quelques mois, que « les 40 loups tués sur l’ordre d’Hulot allaient permettre de négocier en position de force le nouveau Plan Loup ». Les Français et les Anglais avaient fait la même chose avec les Accords de Munich…

Seuls les gogos à mémoire courte et les naïfs seront surpris car, ces mêmes associations qui participaient à ce Plan, avaient déjà participé aux précédents, tout en les trouvant « mesurés » ; heureusement qu’elle font Cap pour défendre le Loup…

Si la situation n’était aussi dramatique pour Canis lupus italicus, nous pourrions rire du « responsable mais pas coupable » mis en avant par les pseudos associations de protection de la nature.

Nous préférons encore l’attitude des syndicats corporatistes de l’industrie animale, qui avancent avec fermeté leurs convictions, que la lâche attitude de certaines associations qui se cachent derrière leur petit doigts !

Enfin, tant que le texte n’aura pas été officiellement publié, le Klan du Loup ne se prononcera pas. En effet, Hulot peut encore nous réserver une (désagréable) surprise.

association Le Klan du Loup

trahison-ferus-aspas-fne-loup

[…]
Abattre jusqu’à 12 % de la population

Les débats portent en premier lieu sur le plafond de loups pouvant être « détruits » chaque année pour « prévenir des dommages importants aux troupeaux », au titre de dérogations au statut de protection de l’espèce. Il a été fixé à 40 pour la saison juillet 2017-juin 2018 (35 d’entre eux ont déjà été tués).

Premier changement de taille dans le futur plan : ce seuil, s’il est de nouveau de 40 canidés pour la période du 1er janvier au 31 décembre 2018, sera actualisé au printemps pour être « porté à 10 % de la population » de loups, une fois connue la dernière mise à jour des effectifs. En mai, l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) avait compté 360 spécimens dans l’Hexagone (+ 23 % en un an), qui progressent toujours davantage dans le territoire.

A partir de 2019, c’est ce principe qui sera appliqué chaque année, avec la possibilité pour le préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui coordonne le plan et voit son rôle renforcé, d’autoriser de nouveaux tirs dans la limite de 2 % supplémentaires, si le plafond de 10 % « est atteint avant la fin de l’année civile ».

[…]

Les tirs de défense, c’est-à-dire ceux réalisés à proximité des troupeaux soumis à la prédation, seront facilités. Les éleveurs seront plus facilement autorisés à prendre le fusil, « à partir du moment où leurs troupeaux sont protégés ou reconnus comme ne pouvant être protégés ». Quant aux tirs de prélèvement – non destinés à protéger un troupeau précis, mais autorisant la destruction, sur une zone définie, d’un ou plusieurs loups en cas d’échec des autres mesures –, ils ne pourront s’effectuer que du 1er septembre au 31 décembre, après avis du préfet coordonnateur. Leur utilisation sera limitée à des « territoires bien identifiés caractérisés par l’importance des attaques », indique le plan.

[…]

Le nouveau plan, promis par Nicolas Hulot pour « tout remettre à plat », devait à l’origine être publié le 1er janvier 2018. Mais du fait de retards liés à de nombreux désaccords, et notamment des manifestations des éleveurs, l’Etat vise dorénavant le 1er février.

Source : Le Monde

2 précisions importantes :

  1. Tous les acteurs du dossier Loup savent que le nombre de 360 Canis lupus italicus est très largement surestimé. Il y a, en réalité, entre 150 à 200 loups en France
  2. Les « tirs de défense » sont des tirs à tuer

Vous aimerez peut-être.

Aucun commentaire.

Laisser une réponse.