Le Blog, Loup textes

Le loup : ennemi public numéro 1 !

13 novembre 2013

Le Journal du Dimanche  n’a pas peur du ridicule. A moins qu’il ne prenne ses lecteurs pour des demeurés…
Il nous sert, le dimanche 13 Octobre [2013] un nouvel opus qui ne manque pas de saveur. Et si ce  pauvre loup, tant décrié  n’était pas à nouveau dans le collimateur des ennemis de la nature (incomparablement plus nombreux que les loups !) nous pourrions en rire sans retenue.

Jugez plutôt par cet extrait :
 »Le loup se rapproche. Comme il fait partie des espèces protégées, il ne se méfie plus de l’homme. (sic !) Il y a quelques années, on en entendait parler dans les Vosges. L’an dernier, il y a eu un cas en Haute-Marne. Mais si rien n’est fait, dans trois ans il sera dans la forêt de Fontainebleau. »

Oui : vous avez bien lu…  Depuis que les loups ont pris connaissance de la Convention de Berne on ne les tient plus ! Et après Bar sur Aube ce sera Fontainebleau ! C’est à dire l’île de France… L’horreur absolue ! 

Mais quel esprit éclairé  cite-t-on dans cet article signé par Marie Quenet « envoyée spéciale » du JDD  ? Un Biologiste  ? Un éthologue ? Bref : un naturaliste ?  Pensez-vous ! …  un brave agriculteur de l’Aube qui, céréalier et  éleveur de moutons (donc grand expert de Canis lupus)  a évalué avec précision la progression du grand prédateur. Ainsi peut-il   d’ores et déjà affirmer à quelle date il fera son entrée en Ile de France.  Un « brave » agriculteur qui, soit dit en passant, est prêt à braver la loi et  à prendre les armes : « Si on en voit un on le descend ! ». Ce discours  ne semble pas émouvoir la journaliste qui s’abstient de tout commentaire. Ce n’est pas cela qui l’intéresse.

Que cherche-t-on avec pareille littérature ? A faire trembler le francilien et « retourner »  le  » citadin »,  plutôt favorable au retour du loup ? Sait-on jamais :  si demain une meute venait à s’installer dans le bois de Vincennes ?

Certes, la journaliste qui veut montrer « qu’elle fait son boulot  » précise que les attaques observées sont « majoritairement » le fait du loup. Comment l’a-t-on établi ? Nous ne le saurons pas. Dommage : car les chiffres énoncés sont impressionnants et ce loup qui a été repéré (un seul en fait l’a été officiellement …) semble avoir gros, très gros appétit. 

Et les autres causes ? Celles qui sont « minoritaires ». N’existaient-elles avant que le loup entre en scène ? Pourquoi ne  dérangeaient-elles pas  alors l’agriculteur ? Ce sujet  ne semble pas (non plus) intéresser  la « journaliste » qui les élude et  ne semble avoir  qu’un but : brandir un épouvantail, susciter l’inquiétude et, une nouvelle fois, faire du loup la menace qu’il convient d’éradiquer.

 Le titre de l’article en dit d’ailleurs long : « Le loup aux portes de Paris ». Lesquelles se situent donc (désormais)  à Bar sur Aube !

 Quand posera-t-on un autre regard sur la nature, sur le monde du vivant ?

Nous rêvons d’un hebdo, d’un quotidien qui titrerait :  » Enfin une bonne nouvelle : après plus d’un siècle le loup est de retour dans le bassin Parisien … ».

Publié avec l’aimable autorisation de Gérard Martin de la CVN

oup-ennemi-public-numero-un

ATTENTION MANIPULATION !

Vous aimerez peut-être.

Aucun commentaire.

Laisser une réponse.