Le Blog, Loup textes

Loup et lumière

15 septembre 2017

Dans certains milieux agrocynégétiques, à la FNSEA, il est intolérable que persiste une nature sauvage, non rentable, non productive, incontrôlée et pas même « gibier ».

Par les pesticides, le piège et le fusil, ces hommes contre nature tuent, aseptisent, domestiquent les espaces que pourraient conserver la vie sauvage, sans leurs nuisances.

Le loup cristallise leur haine du Vivant.

De manière irrationnelle, violente, tapageuse, ils mènent des combats pour éradiquer cette espèce, comme ils le font ailleurs contre l’ours, le lynx, le renard, le blaireau, les rapaces.
Il faut repenser l’élevage en milieu montagnard, élevage fonctionnarisé, 50% du revenu de l’éleveur provenant de subventions publiques.

Or, contrairement à ce qu’ont imaginé certains écologistes, loin de préserver la biodiversité, le pastoralisme intensif dégrade les sols, favorise l’érosion, détruit la flore et aboutit, comme le prouve l’affaire du loup, à une guerre contre la vie sauvage.

La Nature n’a aucun besoin d’être gérée, domptée, asservie à la production, artificialisée. Elle se passera très bien de toute intervention humaine en zone de montagne avec un heureux reboisement en moyenne altitude.

Dès lors, les pouvoirs publics doivent aider à la reconversion des agriculteurs de ces zones défavorisées pour que cesse la guerre obscurantiste de ces lobbies agrocynégétiques contre loups, marmottes, vautours et consorts.

Le choix est entre un anéantissement de la faune ou le changement de politique sociale qui, pour l’heure, maintient à grands frais des pratiques d’élevage nocives pour la préservation des espèces sauvages.

Les ennemis de la terre font du feu pour éclairer les gens des villes.
C’est leur esprit qui manque de lumière.

Ils n’ont pas encore compris que l’Homme devait enfin faire la paix avec la Nature et la laisser vivre.

Gérard Charollois
CVN
Force Pour le Vivantloup-lumiere-feu

Vous aimerez peut-être.

Aucun commentaire.

Laisser une réponse.