Le Blog, Loup textes

Loup en Lozère (suite)

26 mai 2006

Les loups de l’Aubrac arrivent tout droit d’Italie

 

Paul Mourier, préfet de la Lozère, a confirmé hier la présence d’un couple de loups venant d’Italie, sur le territoire de Saint-Laurent-de-Muret une commune située au nord de Marvejols en Lozère.

« Les résultats des analyses sont formels.Ce sont bien deux loups qui sont passés entre le 30 janvier et le 28 février sur le territoire de Saint-Laurent-de-Muret. Nous pouvons affirmer aujourd’hui que ces loups arrivent d’Italie. Les analyses du laboratoire de génétique de Grenoble associé au réseau grands carnivores ont confirmé l’espèce Canis Lupus de la même lignée italienne que les loups présents dans les Alpes. »

La femelle a déjà été repérée auparavant et sa carte génétique établie dans les Alpes en 2004. C’est à la suite de la découverte le 30 janvier, d’un cadavre de chevreuil sur l’Aubrac que les membres de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) sont partis sur les traces des loups. Des excréments retrouvés à proximité du cadavre de chevreuil confirmant l’hypothèse. Pour ce qui est des observations récentes, le représentant de l’État explique : « Sur la neige il est facile de repérer des traces. Aujourd’hui, c’est très délicat car le loup est un animal d’une prudence avérée et d’une intelligence réelle. Il est de plus d’une discrétion sans pareil et a une capacité extrême de dissimulation. » Jean-Vincent Llinarès, le directeur de l’ONCFS de la Lozère expliquait : « Pour le mâle, tout laisse à penser qu’il s’agit d’un jeune car nous n’avons pas de données le concernant. Nous ne pouvons pas parler d’installation durable sur l’Aubrac mais la zone est surveillée et des agents vont être formés spécialement pour observer le loup. »

Les deux représentants de l’État, tout en restant très prudents sur le sujet, avancent deux hypothèses. La première fait état d’un simple transit sur le département, puisque de nombreux loups installés dans les Pyrénées Orientales viennent d’Italie. La seconde parle bien d’une installation. Si rien ne le confirme, rien ne l’infirme.

D’autant qu’il y a beaucoup de gibiers sur l’Aubrac et qu’en cette saison les observations sont quasiment impossibles. Ces deux loups prouvent qu’ils peuvent passer le Rhône et même emprunter des ponts.

En 1997 et 1999 deux loups avaient été tués dans le Cantal et dans le Puy-de-Dôme. Si ce n’est pas un transit, il se pourrait bien que le loup soit à la reconquête du massif-Central.

Jean-Pierre AMARGER / ML


Suite de notre précédent article à lire ici

loup-lozere

Vous aimerez peut-être.

Aucun commentaire.

Laisser une réponse.