Le Blog, Loup textes

Rencontrer les loups au parc Yellowstone

9 janvier 2009

Après 10 jours d’observation continue des loups dans le Parc national de Yellowstone (USA), le Français Simon Raymond essaie de retarder au maximum le moment de partir pour l’aéroport de Bozeman, au Montana, où il s’envolera vers le Sud de la France.

Cela, même s’il a eu de la chance durant son séjour, assure-t-il. «Nous avons vu des loups tous les jours», dit-il en souriant. «La température est parfois très mauvaise, mais nous voyons quand même les loups». M. Raymond fait partie de la catégorie des visiteurs de Yellowstone qui ne fréquentaient pas le parc il y a 15 ans.
La combinaison entre les loups qui cavalent au bord de la route et une équipe d’experts amateurs de loups a contribué à faire de l’observation de ces bêtes mythiques l’une des principales activités du parc Yellowstone. Les observateurs de longue date sont habituellement heureux de partager leur expertise avec les autres visiteurs, leur expliquant le mode de vie des loups et leur permettant de les observer à partir de leur télescope à longue portée déjà bien positionné.
Et l’hiver est un temps idéal pour l’observation des loups. En raison de l’épaisse neige qui tapisse la campagne profonde, les wapitis et les chevreuils se dirigent vers les vallées. Les loups et leurs proies sont donc faciles à observer dans cet arrière-plan tout blanc. Et il n’y a pas foule.
Le meilleur endroit pour les observer se trouve dans la vallée Lamar, au nord-est du parc Yellowstone. Il faut de la persévérance et de la chance pour pouvoir trouver et observer les loups, mais ce n’est pas vraiment difficile d’y arriver. Comme les autres prédateurs, les loups sont plus actifs en matinée et en fin d’après-midi. Les jours étant courts à Yellowstone, il n’en coûte pas cher pour se rendre dans la vallée Lamar à ces heures-là, quoiqu’il faille tout de même un peu de volonté.
Une fois sur place, il faut repérer les gens regroupés autour des télescopes d’observation installés sur des trépieds, aux abords des routes. Il ne faut pas aborder abruptement les guides ou exiger leur assistance. Ces observateurs de loups ne sont pas rémunérés et ils sont là pour leur propre plaisir. En outre, les dispendieux télescopes qu’ils utilisent leur appartiennent. En les approchant de façon amicale et respectueuse, on peut leur soutirer bien des renseignements, des histoires, des indications, tout en ayant l’occasion d’observer les loups à travers leurs télescopes.
Si aucun loup n’est en vue, questionnez les gens autour de vous. Plusieurs observateurs endurcis gardent contact entre eux par radio, ce qui leur permet de savoir où se passe l’action ailleurs dans la vallée. Ils peuvent également connaître l’heure spécifique à laquelle une meute de loups se rend dans un autre endroit de la vallée: allez-y.
Ceux qui souhaitent en apprendre davantage sur les loups peuvent également s’inscrire aux cours dispensés par l’Institut de l’association de Yellowstone. C’est à la station d’observation que l’association possède dans la vallée Lamar que les cours se donnent. Les prix sont en moyenne de 150 $ par personne.

Des loups et des hommes

Après avoir été évincés du parc plus tôt au 20ème siècle, 31 loups capturés au Canada ont été réintroduits au cours des années 1995 et 1996. Ils se sont depuis lors multipliés. Aujourd’hui, plus de 350 de leurs descendants parcourent le parc et ses environs, chassant les wapitis, les chevreuils et les bisons qui s’y trouvent en abondance.
Lorsqu’ils ont été libérés, certains experts prédisaient qu’ils s’éteindraient en peu de temps dans l’arrière-pays et qu’il serait difficile de les observer. Mais c’est le contraire qui s’est passé. Les loups ont rapidement compris que les humains posaient rarement de l’asphalte dans le parc, et que les longues-vues et les télescopes d’observation ne tiraient pas de balles. Ils ont appris à ignorer les gens, tant qu’ils ne les approchaient pas, et les zones fréquentées de Yellowstone – visibles de la route – sont tout simplement devenues une partie de leur territoire.
L’observation des loups a débuté presqu’instantanément après la libération des loups de leurs enclos d’acclimatation, et plusieurs observateurs sont devenus accrocs. Ils représentent en quelque sorte la sous-culture du parc de Yellowstone: ces mordus qui viennent de l’étranger pour y passer leurs vacances et ces gens du coin qui y passent tout leur temps libre, observant et enregistrant les comportements des loups dans le parc.

Vous aimerez peut-être.

1 commentaire.

  • Pierre 14 janvier 2009 at 19 h 39 min

    Le loup réintroduit dans le parc national de Yellowstone, dans le Wyoming aux États-Unis, aurait un effet bénéfique sur la chaîne alimentaire montagneuse en hiver. Il permettrait d’atténuer les premières conséquences du réchauffement climatique… http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/vie-1/d/les-loups-volent-au-secours-de-la-chaine-alimentaire_5851/

  • Laisser une réponse.