Le Blog, Loup textes

Olin veut faire couler le sang des loups !

2 juin 2006

Nelly Olin a publié son protocole « loup » : Six loups à abattre

Lionel ARCE-MENSO / DL
Le texte est paru hier au journal officiel : la ministre de l’écologie et du développement durable a autorisé le prélèvement de six loups pour les dix prochains mois.

C’est le même nombre de loups que l’an dernier. Le prélèvement doit s’effectuer lors d’opérations autorisées par le Préfet et sous le contrôle technique de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. Evidemment, les zones centrales des parcs nationaux et réserves naturelles sont exclues des périmètres de tir. Pour le ministère, ces mesures sont nécessaires pour prévenir les dommages aux élevages, « et il n’existe pas d’autre solution satisfaisante », précise l’arrêté.
Avant d’arriver au prélèvement, des mesures d’effarouchement doivent être prises. Elles consistent à éloigner le loup du troupeau par des tirs non létaux avec des munitions de type caoutchouc ou grenaille métallique, ou avec des sources lumineuses ou sonores. Quant au tir de défense, il intervient pour les troupeaux protégés après une semaine effective d’effarouchement et après au moins deux attaques. Il doit être effectué au fusil de chasse à canon lisse.

Les éleveurs sont déçus par cette décision de la ministre

L’annonce du plan gouvernemental était particulièrement attendue par les éleveurs. C’est peu de dire qu’elle les déçoit. « Les éleveurs ont fait des efforts en protégant les troupeaux.
Les remarques que nous avions formulées n’ont pas été prises en compte. Il y a eu des assouplissements pour les mesures d’effarouchement. Ce plan n’est pas assez ambitieux et n’a pas de garantie d’efficacité. Le nombre de loups à prélever n’a pas évolué » affirme Franck Diegny, président de la fédération régionale ovine.
Côté écologistes, l’ASPAS dénonce une « mesure inutile qui ne fera qu’endommager une population de loups loin d’être stable et qui ne résoudra pas les problèmes des éleveurs. »
Plus modérée, l’association Ferus ne s’oppose pas « à quelques tirs ponctuels de défense des troupeaux sous strictes conditions : quand le nombre de loups est assez élevé, et quand toutes les mesures de prévention des attaques et d’effarouchement ont été mises en place et ont échoué. »
Mais au vu du nombre de loups en France (une centaine avec un accroissement naturel de près de 30 % annuels), l’association s’interroge : « Tuer six loups, pourquoi faire ? »


OLIN la Baudruche persiste et signe : elle veut du sang de loup et elle l’aura !
Mais que la pseudo ministre fasse attention : elle trouvera Le Klan du Loup sur son chemin ; nous ne la laisserons pas massacrer notre frère Loup !

Vous aimerez peut-être.

1 commentaire.

  • Bernard P. 23 juin 2006 at 11 h 39 min

    Ce pseudo ministre devrait être neutralisé…
    Quelle honte pour la France !
    Vive le loup !!!

  • Laisser une réponse.