Ethologie lupine, Le Blog

La reproduction du loup

9 février 2014

La saison des amours, quelle belle et frétillante période pour les loups !

Nos précieux « alpha«  se feront la cour en cette fin d’hiver avec infiniment de tendresse. Les rituels de nos amoureux sont, on ne peut plus expressifs et loquaces. Bisous et fugaces coups de langue sur les joues, les oreilles et plus car affinité. La louve se frotte contre le mâle, pose ses pattes sur le dos de son promis ou sa tête sur ses épaules. Ils dorment plus près l’un de l’autre, se déplacent souvent ensemble et hurlent ensemble.

Pourquoi en cette période de fin d’hiver ?

La reproduction du loup est influencée par la photopériode* et est strictement saisonnière. Les loups mâles et femelles présentent ainsi un pic d’aptitude à la reproduction entre décembre et mars.

Les effets et les comportements

Chez le loup mâle qui atteint sa maturité sexuelle entre 22 et 46 mois, cela est marqué par l’augmentation de la taille des testicules et du scrotum dès que les jours rallongent et une augmentation de la production de testostérone. Pendant la période de reproduction, le mâle alpha est plus agressif et accroît la fréquence de marquage de territoire. Il défend sa place avec vigueur, il s’interpose sans relâche.

Chez la louve qui atteint sa maturité sexuelle vers 22 mois, cela est marqué par un gonflement vulvaire et un écoulement de sang. Elles sont monocycliques, avec un oestrus par an. Caractéristique qui ne leur confère qu’une seule opportunité de se reproduire dans l’année. La cause physiologique de cette monoestrie est l’allongement des périodes du cycle ovulatoire, notamment le proestrus qui dure six semaines et l’oestrus une semaine. Pour éviter que les autres femelles s’accouplent, la femelle alpha exerce une pression psychologique tellement puissante que l’oestrus des autres femelles de la meute est bloqué.

Quand ils sont sur le point de copuler, les couples formés s’éloignent souvent de la meute pendant quelques jours, pour éviter les interférences des autres membres de la meute, qui peuvent parfois venir les harceler car le couple devient le centre d’attraction de la meute.

Le couple réalise un rituel nuptial qui comprend des signaux d’apaisement. Il s’agit de jeux à connotation sexuelle, de courses poursuites, de vocalises, de roulements au sol, de reniflements des régions génitales, de contacts nasaux et de léchages réciproques. Les deux partenaires effectuent des doubles marquages, généralement initiés par la femelle. Ce temps de latence avant l’accouplement favorise l’éveil des instincts sexuels et prépare les organes génitaux à l’accouplement.

La copulation dure entre 15 à 30 minutes, durant lesquelles nos deux animaux restent attachés l’un à l’autre, phénomène provoqué par le gonflement du gland et la contraction du sphincter* vaginal. L’éjaculation a lieu pendant la pénétration et la phase d’attachement. Il semble que les chances de conception soient augmentées par le temps passé en couple lors du proestrus. Il s’avère aussi que la durée relativement longue de l’oestrus permet davantage de copulations. Ceci permettrait de compenser les risques liés à la monoestrie.

Quand la période des accouplements est terminée, les loups de la meute reprennent une attitude amicale les uns envers les autres. Tous s’investissent dans la recherche et l’aménagement de la tanière qui accueillera la mère et ses petits.

La suite sur ce sujet en avril …

*La photopériode est le rapport entre la durée du jour et de la nuit, cela conditionne nombre d’activités physiologiques et écologiques comme la reproduction, la floraison, etc.

*Le scrotum est situé entre les cuisses et a une forme sphérique à ovoïde, comme celle des testicules.

*L’oestrus est la période durant laquelle une femelle mammifère est fécondable.

*Le proestrus est le début des chaleurs.

*Sphincter : muscle qui contrôle l’ouverture et la fermeture d’un orifice naturel.

Sandrine Devienne pour le Klan du Loup

 

reproduction loup photo reproductionloup_zps1ea2a5c1.jpeg

Merci à Solo Frey pour la photographie ©

Vous aimerez peut-être.

Aucun commentaire.

Laisser une réponse.