L'Actualité, Loup textes

Barbara Pompili aime le loup…mort !

4 novembre 2020

Dans son arrêté du 23 octobre 2020, madame Barbara Pompili condamne à mort le loup !

Comme l’ensemble de ses prédécesseurs, la ministre de l’écologie – qui n’en a que le nom – a mis un genou à terre et fait allégeance aux haineux de la biodiversité.
Il faut dire que ce n’est pas la première fois que madame Pompili baisse la tête ; elle l’avait déjà fait face aux chassistes.

L’arrêté du 23 octobre 2020, publié au JORF du 29 octobre 2020 (n° 0263), indique que 19% de la population estimée de loup en France seront exécutés.

Dans sa Note technique du 11 septembre 2020 portant à connaissance le nombre maximum de loups (Canis lupus) donc la destruction est autorisée en 2020, le préfet de la région Auvergne Rhône Alpes (préfet coordinateur du Plan Loup) écrit que l’Office Français de la Biodiversité (OFB) lui avait indiqué que le nombre estimé de loups était de 580 au 8 juillet 2020.
Comment le nombre magique de 580 est avancé ? L’arrêté du 23/10/2020 nous donne la méthode :

  1. L’estimation de l’effectif moyen de loups est le résultat de l’application des modèles mathématiques de la méthode « Capture- Marquage – Recapture » (CMR).
    Cette méthode s’appuie sur la réalisation d’analyses génétiques permettant l’identification individuelle des loups par leur profil génétique, à partir de l’ADN contenu dans les échantillons d’excréments, muscles, poils, urines ou sang récoltés chaque année par le réseau de suivi organisé par l’Office français de la biodiversité ;
  2. Par ailleurs, cette estimation s’appuie également sur l’effectif minimum retenu de loups (indicateur « EMR »), dénombré dans les zones de présence permanente de l’espèce par ce même réseau de suivi. Les zones de présence permanente du loup correspondent aux territoires où la présence du loup a été détectée au cours de deux hivers consécutifs ainsi qu’à ceux où une reproduction du loup a été observée. Ce dénombrement se fonde sur le plus grand nombre de loups détectés simultanément sur chaque zone de présence permanente, par tous moyens pertinents tels les observations visuelles ou les comptages d’empreintes. L’EMR national constitue la somme des effectifs ainsi détectés dans chaque zone de présence permanente ;
  3. La valeur précise de l’estimation résultant de la méthode « CMR » ne peut être connue que plusieurs années après le recueil des échantillons analysés. Comme il a été démontré, au cours des années de présence du loup sur le territoire national, une corrélation entre les résultats de l’application des deux méthodes (CMR et EMR), il est possible de calculer à partir de l’estimation « EMR », une estimation « CMR interpolée ». Cette dernière valeur constitue l’effectif moyen de loups estimé pour l’année considérée.

Dans la vraie vie, nous mettons au défi quiconque de nous prouver qu’il y a effectivement bien 580 Canis lupus italicus en France !
Il se trouve d’ailleurs que le chien est une sous-espèce de Canis lupus. Vont-ils eux-aussi être abattus…?

Mais revenons à la note du 11/09/2020 du préfet coordinateur du Plan Loup.

Celle-ci indique que 17% des loups en France seront exterminés, soit 98 louveteaux, louves et loups.
En date du 2 novembre 2020, le tableau de Suivi de la mise en œuvre du protocole 2020 indique que 89 Canis lupus italicus ont été détruits sous couvert d’arrêtés préfectoraux et 8 ont été officiellement braconnés (dans la vraie vie, nous savons qu’il y en a eu davantage. D’après nos sources, nous en comptons 5 de plus). Le total officiel des loups abattus au 02/11/2020 est donc de 97 ; dans la vraie vie, 102 a minima.

Suivi de la mise en œuvre du protocole 2020

Dans une nouvelle Note technique du 29 octobre 2020 portant à connaissance le nombre maximum de loups (Canis lupus) donc la destruction est autorisée en 2020, le préfet de la région Auvergne Rhône Alpes (préfet coordinateur du Plan Loup) écrit que le nombre de loups estimés est de 580 et que 19% d’entre eux seront détruits (pour reprendre le terme administratif utilisé pour dire exécutés), soit 110 louveteaux, louves et loups.

Il s’agit d’un véritable biocide pour flatter les instincts les plus vils de l’industrie ovine !

La situation du Loup en France est à ce point critique que même le très consensuel Conseil National de Protection de la Nature (CNPN) tire, unanimement, la sonnette d’alarme :

Car oui, dérogations il y a eu et il y aura lorsque le nombre maximum de loup détruit aura été atteint. La première dérogation est même déjà fixée : + 2%

Souvenons-nous que tous ces tirs à tuer ont été rendu possible par la mise en place du premier Plan Loup ; Plan auquel ont participé des associations comme FERUS, la FNE, le WWF France…

Il faut, face à ce gouvernement qui veut écraser sous sa botte la biodiversité, une réaction citoyenne forte et unie. Nous ne pouvons accepter que près d’un quart de la population lupine soit passé par les armes par des tueurs aux ordres des préfectures.
Notre association porte déjà ce combat mais nous devons être plus nombreux afin que Vive le Loup !

Le Klan du Loup

loup-mort-alpes
Photographie d'illustration

Vous aimerez peut-être.

Aucun commentaire.

Laisser une réponse.