L'Actualité, Le Blog, Loup textes

Jean-Marie Bernard offre une queue de loup, le KDL saisit le Procureur

23 mars 2020

Vendredi 21 février 2020, Jean-Marie BERNARD, président Les Républicains (LR) du Conseil Départemental des Hautes-Alpes, a offert une queue de loup (Canis lupus lupus/italicus) lors du départ de la préfète.

Bien que se disant gênée, madame Cécile BIGOT-DEKEYZER a quand même accepté ce morbide trophée. Et cela est extrêmement surprenant.

En effet, madame Cécile BIGOT-DEKEYZER ne doit pas ignorer que le don de tout ou partie d’une espèce protégée est illégal en France.

Pourquoi alors a-t-elle accepté ce trophée ?
A-t-elle appliqué l’Article 40 du Code de Procédure Pénale stipulant que « Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs. » ?

Dans un article publié sur le site Internet de RTL (cliquez ici), nous apprenons que Jean-Marie BERNARD est un récidiviste puisqu’il avait déjà joué cette mise en scène macabre avec le précèdent préfet des Hautes-Alpes (Philippe COURT).
Nous lisons aussi que, au mépris des Conventions Internationales et des lois françaises et européennes, le président du Conseil Départemental ne se sent pas concerné par le statut du Loup.

Cependant, dans un article du Dauphiné Libéré (cliquez ici), vous constations que Jean-Marie BERNARD fanfaronnait nettement moins. En effet, il déclarait « Je ne sais même pas si c’est une queue de loup. Cela pourrait être un renard, je ne suis pas chasseur. Je vous le dis franchement : je n’en sais rien« .
Courageux mais pas téméraire, le Jean-Marie, ce qui est conforme au personnage…

Afin de tirer cette affaire au clair, le Klan du Loup a saisi le Procureur de la République par l’intermédiaire du cabinet d’avocat Animalex.

Maître Symniacos a envoyé un courrier le 14 mars 2020 au Procureur de Gap afin qu’une vérification puisse être faite et que son résultat puisse être diffusé.
Cela permettra :

  • de rappeler au grand public que la fourrure ou les parties du corps d’un loup ne sont pas de libre disposition dans notre pays,
  • de clarifier une situation qui demeure douteuse aux yeux de nombreux défenseurs des animaux et de l’environnement, mais également aux yeux de nombreux « simples citoyens »,
  • de montrer à chacun que les autorités sont attentives au respect de la biodiversité et veillent au respect de la législation en vigueur concernant les espèces protégées, quel que puisse être le statut de l’auteur des faits.

Maître Symniacos a sollicité l’intervention du Procureur, via l’ouverture d’une enquête aux fins de vérification de l’existence d’une autorisation de détention:

  • de la queue de loup offerte le 21 février dernier à Madame Cécile BIGOT-DEKEYZER par Monsieur Jean-Marie BERNARD
  • de la queue de loup offerte par cette même personne il y a deux ans et demi environ à Monsieur Philippe COURT, ces faits n’étant pas prescrits s’il s’avèrent être délictuels.

Nous vous tiendrons au courant des réponses du Procureur de la République et des suites que nous donnerons.

Jean-Marie BERNARD doit comprendre qu’il n’est pas au-dessus des lois et que le Conseil Département des Hautes-Alpes n’est pas une ZND (Zone de Non Droit) !

association Le Klan du Loup

ps : toutes les personnes citées bénéficient de la présomption d’innocence

jean-marie-bernard-queue-loup
Jean-Marie BERNARD, président (LR) du Conseil Départemental des Hautes-Alpes

Pour en savoir plus sur le cabinet ANIMALEX :

Le Cabinet ANIMALEX est représenté par Olivia SYMNIACOS, une avocate burgienne de 43 ans, titulaire de deux diplômes en droit animalier :

Un diplôme universitaire « droit animalier » obtenu en 2017 à l’université de LIMOGES, (Thème de travail choisi: « Le renforcement de la répression pénale des atteintes à l’intégrité ou à la vie des animaux domestiques, apprivoisés ou tenus en captivité »)

Un diplôme d’établissement « protection animale : de la science au droit » obtenu en 2018 à l’Ecole Nationale des Services Vétérinaires (ENSV) (Thème de travail choisi : « Vers un renforcement du rôle du vétérinaire dans le réseau de la protection animale ? »)

Si elle n’avait qu’un combat à mener, ce serait celui qui vise à l’amélioration de la condition animale.

En savoir davantage ? Cliquez ici

klan-loup-justice

Vous aimerez peut-être.

Aucun commentaire.

Laisser une réponse.