Non à la chasse !

Lettre ouverte de Gérard Charollois aux parlementaires

30 janvier 2021

Lettre ouverte aux parlementaires et à ceux qu’inspirent les principes fondamentaux des droits de l’Homme :

Madame, Monsieur le député,

Le très minoritaire mais trop omnipotent lobby agrocynégétique souhaite frapper d’ostracisme ses opposants et museler l’expression de ceux qui défendent la nature, les animaux et la dignité humaine tenant au respect du Vivant.

82% des Français demandent l’arrêt de la chasse le dimanche, 84% souhaitent l’abolition de la chasse à courre, 91% aspirent à la protection des animaux dits sauvages.

Tels sont les résultats concordants des études d’opinion réalisées par les instituts spécialisés.

L’immense majorité de nos contemporains récuse le loisir chasse qui exerce sur ce pays une dictature de fait résultant de l’organisation corporatiste de la chasse, organisation héritée d’une ordonnance du gouvernement de VICHY du 28 juin 1941 publiée au JO de l’état Français du 30 juillet 1941.

Le nombre des chasseurs diminue chaque année et peut être estimé à environ 800,000 à ce jour.

Confrontés à la contestation de leur loisir de mort par les contemporains, certains dirigeants de la chasse demandent au parlement d’adopter une loi sanctionnant pénalement la critique de leur pratique.

Une telle prétention signe l’idéologie de ces personnages.

Pénaliser l’expression de l’opposition éthique à la chasse serait contraire tant à l’article 10 de la déclaration des droits de l’homme, préambule constitutionnel, qu’à l’article 10 de la CONVENTION EUROPEENNE DE SAUVEGARDE DES DROITS DE L’HOMME, textes garantissant la liberté d’expression.

Quelques députés, dociles aux pressions, d’une part des chasseurs, d’autre part de certaines organisations agricoles réactionnaires, entendent bâillonner les femmes et hommes de mieux qui souhaitent changer le rapport de l’humain aux autres êtres vivants.

Ces élus qui insultent l’état de droit et les principes fondamentaux des lois de la république veulent empêcher l’expression de convictions écologistes et animalistes et censurer les faits, la vérité.

Ils veulent criminaliser une opinion et museler les gens de mieux.

Ces démarches s’apparentent à des pratiques de sinistre mémoire, pratiques que l’on croyaient étrangères à un parlement de notre temps.

Les citoyens ont le droit de savoir ce qu’est une chasse à courre, une chaîne d’abattage et une ferme usine.

Les agrocynégétiques ont peur de la vérité.

Ils veulent s’abriter derrière la censure de la pensée et actionnent leurs relais au parlement pour violer l’état de droit, la liberté d’expression.

N’a-t-on pas vu un député, animateur du « groupe chasse » proposer après le meurtre d’un vététiste par un chasseur, d’interdire la pratique du vtt en période de chasse !

Oui, nous remettons en cause la chasse loisir et les exploitations cruelles et nocives de certains modes d’élevages nullement étrangers aux pandémies.

Ces remises en cause participent d’un débat démocratique, pluraliste que les lobbies de la chasse et de l’agroproductivisme ne peuvent pas soutenir.

Alors, ils entendent interdire la libre information et la libre expression des opinions contraires.

Nous appelons tous les parlementaires démocrates, tous ceux qu’animent les principes fondamentaux de la République à faire échec à cette injure adressée à notre état de droit.

S’il advenait que les dociles relais du lobby chasse parviennent à imposer au parlement une telle scélératesse, (dite délit d’entrave), nous appelons les députés épris de liberté à déférer au Conseil Constitutionnel ce texte manifestement contraire aux droits fondamentaux ici mentionnés.

Par ailleurs, les amis des animaux, les écologistes, les démocrates ne s’inclineront jamais devant une féodalité nocive qui, par de basses manœuvres, entend s’opposer à la marche inéluctable des consciences.

La chasse loisir est condamnée par l’évolution des mentalités et la reconnaissance du caractère sensible de l’animal et de la mort de la biodiversité.

Les cynégécrates le savent et paniquent devant la chute d’effectifs de leurs adeptes.
Les industriels agricoles, exploitants d’usines à viande, redoutent l’image, la révélation de leurs pratiques, les dénonciations des ravages de la chimie agricole.

Le secret, l’obscurité, l’ignorance des citoyens leur sont indispensables.

Ce fait ne justifie pas une violation grossière et inutile des principes généraux de la république, violation qui serait sans lendemain puisque la cour européenne des droits de l’Homme ne pourrait que constater le caractère inconventionnel d’une loi interdisant la critique légitime et majoritaire d’un loisir et l’imprescriptible liberté d’informer et de débattre dans une société démocratique.

Recevez, Madame, Monsieur le député, l’assurance de notre meilleure considération.

Gérard CHAROLLOIS
CONVENTION VIE et NATURE.
TEL 06 76 99 84 65

loup-guerre-obscurantisme
Gérard Charollois

L’association Le Klan du Loup partage l’entièreté des écrits de Gérard Charollois.

Il est temps de réguler définitivement la chasse-loisir et l’industrie animale, les deux jambes d’un même corps putride !

Vous aimerez peut-être.

Aucun commentaire.

Laisser une réponse.